Journal asiatique

Передня обкладинка
Société asiatique., 1850
Ser. 6, v. 11, 14 and 18; ser. 7, v. 1 and 9, ser. 7, v. 16 and 19, ser. 8, v. 5, 9, 13 and 17 include "Bibliographie ottomane. Notice des livres turcs arabes et persans imprimés à Constantinople durant le période 1281-1307 de l'Hégire" (title varies slightly)
 

Відгуки відвідувачів - Написати рецензію

Не знайдено жодних рецензій.

Інші видання - Показати все

Загальні терміни та фрази

Популярні уривки

Сторінка 129 - ... funeste à notre Société; les hommes du monde disparurent presque subitement de la liste de nos membres, et si quelques-uns nous sont restés fidèles, c'est par un sincère amour de la science, que la mode ne protégeait plus. Néanmoins, la Société résista à cette mauvaise fortune; l'étude des littératures de l'Asie faisait des progrès rapides, pas assez peut-être au gré de ceux qui ne demandaient que des résultats ou des formules historiques générales, mais incomparablement plus...
Сторінка 118 - Espagne , pour achever la mesure du pendule à secondes sur le k 5e parallèle , et reprendre aussi cette mesure, ainsi que celle de la latitude, à Fermentera, extrémité australe de l'arc méridien qui traverse la France et l'Espagne. Après s'être associé activement à ces opérations, il revint à Paris, et voulant s'ouvrir une carrière , à la fois fructueuse et libre , dans lindustrie alors naissante des chemins de fer, il alla visiter l'Angleterre pour s'y préparer.
Сторінка 119 - Ce fut pour lui un coup fatal ; et dès lors, les symptômes du mal intérieur qui devait le consumer, se développèrent avec une rapidité menaçante. Il ne quittait pas, pour cela, le travail. Il semblait au contraire pressentir une fin prématurée , et vouloir accumuler dans le petit nombre d'années qui lui restaient, les travaux d'une vie plus longue. Il ne quittait son lit de malade que pour se remettre à l'œuvre. C'est ainsi qu'il trouva le moyen d'achever trois ouvrages considérables...
Сторінка 120 - ... mal intérieur qui devait le consumer, se développèrent avec une rapidité menaçante. Il ne quittait pas, pour cela, le travail. Il semblait au contraire pressentir une fin prématurée , et vouloir accumuler dans le petit nombre d'années qui lui restaient, les travaux d'une vie plus longue. Il ne quittait son lit de malade que pour se remettre à l'œuvre. C'est ainsi qu'il trouva le moyen d'achever trois ouvrages considérables : un Dictionnaire géographique de l'empire chinois, l'Histoire...
Сторінка 118 - L'exécution étant terminée, et les constructeurs déchargés de 1 eurs engagements par 1 a compagnie , en 1 8 3 3 , il ne voulut pas sacrifier plus longtemps sa liberté aux affaires ; et, satisfait de la modeste indépendance que son travail lui avait acquise, il ne songea plus qu'à rentrer, pour toujours, dans les études intellectuelles, qui avaient pour lui beaucoup plus d'attrait. Ce fut alors, qu'il se sentit attiré vers l'étude de la langue chinoise, dont la littérature est si riche...
Сторінка 119 - Dès qu'il eut acquis une habitude de la langue, suffisante pour le genre de travaux qu'il avait en vue, il commença une série de Mémoires, qu'il publia dans votre Journal et dans quelques recueils académiques, sur l'astronomie et les mathématiques des Chinois, sur la géographie et l'histoire de leur empire, sur leur état social et politique. Sa constitution physique, sans être robuste, ne donnait alors aucun sujet d'inquiétude. Pour embellir l'isolement de sa studieuse retraite, il se maria...
Сторінка 174 - Kalmuks ont très-peu de noms déterminés ; mais ils les tirent arbitrairement, tantôt d'objets sans vie, tantôt d'êtres animés. Je connais un prince kalmuk qui a pris son nom de la petite rivière Oulastou, qui se jette dans le Don. Pourquoi le prince hun n'aurait-îl pas adopté le nom d'un fleuve sur les bords duquel il aurait peutcire pris naissance?
Сторінка 169 - Seulement, un habitant de la Chine m'a informé que dans ce pays, il ya une espèce de femmes qui ont cette même conformation. Une pareille femme n'est pas tombée entre mes mains, et je ne connais pas la vérité du fait. « Le lendemain de mon entrevue avec le sultan , je visitai cette khatoan. Je la trouvai assise au milieu de dix vieilles femmes, qui paraissaient comme ses servantes. Devant elle , il y avait environ cinquante petites esclaves , nommées filles...
Сторінка 117 - Lond. 1825, 4to. 1Í. 11s. 6d. A Dictionary, Bengali and Sanscrit, explained in English, and adapted for students of either language, to which is added an index, serving ак a general dictionary.
Сторінка 197 - Je faisais mes ablutions , ts-àjj'ï ^jS^, avec de l'eau chaude, tout près du feu. Mais il ne coulait pas une goutte d'eau qui ne gelât à l'instant. Lorsque je me lavais la figure, l'eau, en touchant ma barbe, se changeait en glace. Si je secouais ma barbe , il en tombait une espèce de neige. L'eau qui dégouttait de mon nez se gelait sur mes moustaches. Je ne pouvais monter à cheval , à cause du grand nombre de vêtements dont j'étais couvert; en sorte que mes compagnons étaient obligés...

Бібліографічна інформація