De l'esprit des lois

Передня обкладинка
 

Відгуки відвідувачів - Написати рецензію

Не знайдено жодних рецензій.

Вибрані сторінки

Зміст

Idée de ce Livre
75
pes du droit quon appelle canonique les choses
85
Dans quels cas dans les mariages entre
95
Quil ne faut point régler par les prin
103
Quil faut examiner si les lois qui
109
Quil ne faut pas décider par les lois
113
CHAPITRE UNIQUE De lorigine et des révolutions
122
De lorigine et des révolutions des lois civiles chez
143
Différence capitale entre les lois saliques
150
Continuation du même sujet
160
Comment le droit romain se conserva dans le domaine des Lombards page
161
Comment le droit romain se perdit en Espagne
162
Faux eapitulaire
165
Continuation du même sujet
169
Autres causes de la chute des codes des lois des barbares du droit romain et des capitu laires
170
révolutions des lois des peuples barbares et du droit romain
172
Différence de la loi salique ou des Francs saliens davec celle des Francs ripuaires et des autres peuples barbares
176
Autre différence
178
Réflexion
180
Manière de penser de nos pères
182
CHAP XVIII Comment la preuve par le combat sétendit
187
Nouvelle raison de loubli des lois sali ques des lois romaines et des capitulaires
196
Origine du point dhonneur
198
Nouvelle réflexion sur le point dhon neur chez les Germains
202
Des moeurs relatives aux combats
203
De la jurisprudence du combat judi ciaire
206
Règles établies dans le combat judi ciaire
207
Des bornes que lon mettoit à lusage
210
De lappel de défaute de droit
227
Époque du règne de saint Louis
236
Observation sur les appels
242
Des dépens
251
Continuation du même sujet
260
Comment on prit les formes judiciaires
266
Continuation du même sujet
276
Des lois féodales ibid CHAP II Des sources des lois féodales
318
Origine du vasselage CHAP IV Continuation du même sujet CHAP V De la conquête des Francs
324
Des Goths des Bourguignons et des Francs
325
Différentes manières de partager les terres 326
329
Des servitudes
330
Continuation du même sujet
333
Que les terres du partage des barbares ne payoient point de tributs
339
Quelles étoient les charges des Romains et des Gaulois dans la monarchie des Francs
345
De ce quon appeloit census
350
Que ce quon appeloii census ne se le voit que sur lesserfs et non sur les hommes libres
352
Des leudes ou vassaux
358
Du service militaire des hommes libres
361
Du double service
367
Des compositions chez les peuples bar bares
372
De ce quon a appelé depuis la justice des seigneurs
381
De la justice territoriale des églises page
388
Idée générale du Livre de lÉtablisse
398
De la noblesse française
407
Théorie des lois féoales chez les Francs dans
421
Changements dans les offices et les fiefs ibid
428
Autorité des maires du palais
434
Comment les maires obtinrent le comman
440
Comment les alleux furent changés
448
Richesses du clergé
456
Établissement des dîmes
464
Des élections aux évêchés et abbayes 470
470
CHAP XVIII Charlemagne
479
Continuation du même sujet
486
Que les hommes libres furent rendus
496
Changement dans les fiefs
503
De la nature des fiefs depuis le règne
510
Comment la couronne de France
516
CHAP XXXIV Continuation du même sujet
527
Que lordre des successions dépend
533
Quil ne faut pas décider par les lois
534

Інші видання - Показати все

Загальні терміни та фрази

Популярні уривки

Сторінка 257 - Inviter quand il ne faut pas contraindre, conduire quand il ne faut pas commander, c'est l'habileté suprême. La raison a un empire naturel ; elle a même un empire tyrannique : on lui résiste, mais cette résistance est son triomphe; encore un peu de temps, et l'on sera forcé de revenir à elle.
Сторінка 312 - C'est un beau spectacle que celui des lois féodales. Un chêne antique s'élève ' ; l'œil en voit de loin les feuillages : il approche ; il en voit la tige , mais il n'en aperçoit point les racines : il faut percer la terre pour les trouver.
Сторінка 8 - La question n'est pas de savoir s'il vaudroit mieux qu'un certain homme ou qu'un certain peuple n'eût point de religion que d'abuser de celle qu'il a; mais de savoir quel est le moindre mal, que l'on abuse quelquefois de la religion, ou qu'il n'y en ait point du tout parmi les hommes.
Сторінка 67 - ... de leur père, de haïr ceux qui ne l'ont pas eu ? Que si vous avez cette vérité, ne nous la cachez pas par la manière dont vous nous la proposez. Le caractère de la vérité, c'est son triomphe sur les cœurs et les esprits, et non pas cette impuissance que vous avouez lorsque vous voulez la faire recevoir par des supplices.
Сторінка 281 - Je le dis, et il me semble que je n'ai fait cet ouvrage que pour le prouver : l'esprit de modération 'doit être celui du législateur; le bien politique, comme le bien moral, se trouve toujours entre deux limites.
Сторінка 67 - Vous vivez dans un siècle où la lumière naturelle est plus vive qu'elle n'a jamais été, où la philosophie a éclairé les esprits, où la morale de votre Évangile a été plus connue, où les droits respectifs des hommes les uns sur les autres, l'empire qu'une conscience a sur une autre conscience, sont mieux établis.
Сторінка 64 - Vous nous faites mourir, nous qui ne croyons que ce que vous croyez, parce que nous ne croyons pas tout ce que vous croyez. Nous suivons une religion que vous savez vous-mêmes avoir été autrefois chérie de Dieu : nous pensons que Dieu l'aime encore, et vous pensez qu'il ne l'aime plus; et parce que vous jugez ainsi, vous faites passer par le fer et par le feu ceux qui sont dans cette erreur si pardonnable, de croire que Dieu* aime encore ce qu'il a aimé.
Сторінка 59 - C'est un principe , que toute religion qui est réprimée devient ellemême réprimante; car sitôt que, par quelque hasard, elle peut sortir de l'oppression, elle attaque la religion qui l'a réprimée, non pas comme une religion, mais comme une tyrannie.
Сторінка 64 - Mais il faut avouer que vous êtes bien plus cruels que cet empereur. Vous nous faites mourir, nous qui ne croyons que ce que vous croyez, parce que nous ne croyons pas tout ce que vous croyez. Nous suivons une religion que vous...
Сторінка 8 - Un prince qui aime la religion et qui la craint, est un lion qui cède à la main qui le flatte, ou à la voix qui l'apaise : celui qui craint la religion et qui la hait, est comme les bêtes sauvages qui mordent la chaîne qui les empêche de se jeter sur ceux qui passent 1 : celui qui n'a point du tout de religion, est cet animal terrible qui ne sent sa liberté que lorsqu'il déchire et qu'il dévore.

Бібліографічна інформація