Oeuvres de Monsieur de Montesquieu, Том 3

Передня обкладинка
 

Відгуки відвідувачів - Написати рецензію

Не знайдено жодних рецензій.

Вибрані сторінки

Зміст

Que les Loix qui paroiſent les mêmes nont pas toujours les mêmes effets
302
Continuation du même ſujet Néceſſité de bien compoſer les Loix
303
Que les Loix qui paroiſent les mêmes nont pas toujours eu le même motif
304
Que les Lois Grecques Romaines ont pani lho micide de ſoimême ſans avoir le même motif
305
Que les Loix qui paroiſent contraires dérivent quel quefois du même eſprit
307
De quelle maniere deux Loix diverſes peuvent être comparées
308
Que les Loix qui paroiſent les mêmes ſont réelle ment quelquefois différentes
309
Quil ne faut point ſéparer les Loix de lobjet pour lequel elles ſont faites Des Loix Romaines ſur le vol
311
Quil ne faut point ſéparer les loix des circonſa tances dans leſquelles elles ont été faites 1
314
Quil eſt bon quelquefois quune Loi ſe corrige ellemême 315
315
Choſes à obſerver dans la compoſition des Loix
316
Mauvaiſe maniere de donner des Loix Chap XVIII Des idées duniformité
325
Des Légiſlateurs
326
Chapitrel Des Loix féodales
327
Des ſources des Loix féodales CHAP III Origine du valelage w CHAP IV Continuation du même ſujet w CHAP V De la conquête des Francs
333
Des Goths des Bourguignons des Francs
334
Continuation du même ſujet
336
Des fervitudes
339
Continuation du même ſujet
341
Que les terres du partage des Barbares ne payoient point de tributs
347
Quelles étoient les charges des Romains des Gaules dans la Monarchie des Francs
351
De ce quon appelloit cenfus
356
Que ce quon appelloit cenſus ne ſe levoit que ſur les ſerfs non pas ſur les hommes libres
358
Des leudes au vallaux
363
Du Service militaire des hommes libres
365
Du double ſervice
370
Des compofitions chez les peuples Barbares
374
De ce que lon a appellé depuis la juſtice du Sei gneur
381
De la Juſtice territoriale des Egliſes
388
Que les Juſtices étoient établies avant la fin de le ſeconde race
391
Idée générale du livre de létabliſſement de la Monarchie Françoiſe dans les Gaules par M lAbbé DUBOS
395
Continuation du même ſujet Réflexion ſur le fond du fyftême
397
De la Nobleſe Françoiſe
403

Інші видання - Показати все

Загальні терміни та фрази

Популярні уривки

Сторінка 123 - La loi naturelle ordonne aux pères de nourrir leurs enfants , mais elle n'oblige pas de les faire héritiers. Le partage des biens, les lois sur ce partage, les successions après la mort de celui qui a • eu ce partage ; tout cela ne peut avoir été réglé que par la société , et par conséquent par des lois politiques ou civiles.
Сторінка 49 - Un homme n'est pas pauvre parce qu'il n'a rien, mais parce qu'il ne travaille pas. Celui qui n'a aucun bien et qui travaille est aussi à son aise que celui qui a cent écus de revenu sans travailler.
Сторінка 61 - Les principes du christianisme, bien gravés dans le cœur, seraient infiniment plus forts que- ce faux honneur des monarchies, ces vertus humaines des républiques, et cette crainte servile des états despotiques.
Сторінка 103 - Voici donc le principe fondamental des lois politiques en fait de religion. Quand on est maître de recevoir dans un état une nouvelle religion , ou de ne la pas recevoir , il ne faut pas l'y établir; quand elle y est établie , il faut la tolérer.
Сторінка 57 - Gengiskan, qui ont dévasté l'Asie ; et nous verrons que nous devons au christianisme, et dans le gouvernement un certain droit politique, et dans la guerre un certain droit des gens, que la nature humaine ne saurait assez reconnaître.
Сторінка 143 - Posons donc pour maxime que, lorsqu'il s'agit du bien public, le bien public n'est jamais que l'on prive un particulier de son bien, ou même qu'on lui en retranche la moindre partie par une loi ou un règlement politique.
Сторінка 109 - Si le ciel vous a assez aimés pour vous faire voir la vérité, il vous a fait une grande grâce ; mais est-ce aux enfants qui ont eu l'héritage de leur père, de haïr ceux qui ne l'ont pas eu ? Que si vous avez cette vérité, ne nous la cachez pas par la manière dont vous nous la proposez.
Сторінка 142 - COMME les hommes ont renoncé à leur indépendance naturelle pour vivre sous des lois politiques , ils ont renoncé à la communauté naturelle des biens pour vivre sous des lois civiles.
Сторінка 54 - ... l'appaife : celui qui craint la religion & qui la hait , eft comme les bêtes fauvages qui mordent la chaîne qui les empêche de fe jetter fur ceux qui paflent: celui qui n'a point du tout de religion, eft cet animal terrible qui ne fent fa liberté que lorfqu'il déchire & qu'il dévore, Li v.
Сторінка 109 - Mais si vous ne voulez pas être chrétiens, soyez au moins des hommes : traitez-nous comme vous feriez, si, n'ayant que ces faibles lueurs de justice que la nature nous donne, vous n'aviez point une religion pour vous conduire, et une révélation pour vous éclairer. Si le ciel vous a...

Бібліографічна інформація