Leçons françaises de littérature et de morale: ou Recueil, en prose et en vers, des plus beaux morceaux de notre langue dans la littérature des deux derniers siècles, avec des précepts de genre et des modèles d'exercise, par La Harpe, Marmontel, Maury, Le Batteux, etc, Том 2

Передня обкладинка
 

Відгуки відвідувачів - Написати рецензію

Не знайдено жодних рецензій.

Вибрані сторінки

Інші видання - Показати все

Загальні терміни та фрази

Популярні уривки

Сторінка 293 - L'arbre tient bon. le roseau plie; Le vent redouble ses efforts. Et fait si bien qu'il déracine Celui de qui la tête au ciel était voisine, Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts.
Сторінка 6 - L'expression la suit ou moins nette, ou plus pure. Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement , Et les mots pour le dire arrivent aisément.
Сторінка 468 - L'augmenteront toujours ? Le malheur de ta fille, au tombeau descendue Par un commun trépas, Est-ce quelque dédale où ta raison perdue Ne se retrouve pas ? Je sais de quels appas son enfance était pleine, Et n'ai pas entrepris, Injurieux ami, de soulager ta peine Avecque son mépris.
Сторінка 284 - Un mal qui répand la terreur, Mal que le ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre.
Сторінка 6 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et réduisit la muse aux règles du devoir.
Сторінка 401 - Quand pourront les neuf Sœurs, loin des cours et des villes, M'occuper tout entier, et m'apprendre des cieux Les divers mouvements inconnus à nos yeux , Les noms et les vertus de ces clartés errantes Par qui sont nos destins et nos mœurs différentes...
Сторінка 79 - Tremble, m'at-elle dit, fille digne de moi; Le cruel Dieu des Juifs l'emporte aussi sur toi. Je te plains de tomber dans ses mains redoutables, Ma fille » En achevant ces mots épouvantables, Son ombre vers mon lit a paru se baisser ; Et moi je lui tendais les mains pour l'embrasser Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange D'os et de...
Сторінка 69 - Esther , disais-je , Esther dans la pourpre est assise , La moitié de la terre à son sceptre est soumise , Et de Jérusalem l'herbe cache les murs ! Sion , repaire affreux de reptiles impurs , Voit de son temple saint les pierres dispersées , Et du Dieu d'Israël les fêtes sont cessées ! ELISE. N'avez-vous point au roi confié vos ennuis?
Сторінка 19 - J'arrive, je l'appelle; et, me tendant la main, II ouvre un œil mourant qu'il referme soudain. • Le ciel, dit-il, m'arrache une innocente vie. » Prends soin, après ma mort, de la triste Aricie. » Cher ami, si mon père, un jour désabusé, » Plaint le malheur d'un fils faussement accusé, » Pour apaiser mon sang et mon ombre plaintive, « Dis-lui qu'avec douceur il traite sa captive ;
Сторінка 670 - Faire aller son ménage, avoir l'œil sur ses gens, Et régler la dépense avec économie, Doit être son étude et sa philosophie. Nos pères, sur ce point, étaient gens bien sensés, Qui disaient qu'une femme en sait toujours assez, Quand la capacité de son esprit se hausse A connaître un pourpoint d'avec un haut-de-chausse.

Бібліографічна інформація